Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<<   précédente HOME suivante   >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
 
Facebook
Google +
You Tube
Twitter
  Arbre :
 

Hedera helix L. 1753

 

Le lierre commun

Le lierre commun                Hedera helix

Règne : Plantae
Classe :
Equisetopsida
Ordre :
Apiales
Famille :
Araliaceae

Photo © ChampYves.fr  

 

Autres désignations : Lierre grimpant
Herbe de saint Jean

 

Genre d'Araliacées groupant environ 15 espèces d'Eurasie, d'Afrique du Nord et d'Australie, grimpantes, à feuilles toujours vertes, aux fleurs réunies en ombelles jaune verdâtre. Les lierres grimpent en s'attachant au support par des racines adventives situées tout au long de leur tige. Les espèces Hedera helix et H. canariensis sont cultivées dans les jardins et en pots, souvent sous une forme panachée.

" Savez-vous grimper aux arbres, à la mode, à la mode. Savez-vous grimper aux arbres, à la mode de Tarzan ? Facile, avec .. euh, je m'égare, mais ce n' est pas trop difficile, tout de même. Choisissez un bel arbre un peu âgé, mais pas trop voûté, habillé d'un beau lierre commun vert, et hop ! agrippez-vous à la racine principale du lierre et montez. Alors qu'en dites-vous ? "
" Comment reconnaître un lierre commun, dites-vous ? " . "
Je vais vous expliquer, notez plutôt :

Le lierre commun est un arbuste à feuilles persistantes, rampant sur le sol puis grimpant le long des murs ou des arbres qu'il rencontre, pouvant aller jusqu' à 20 mètres de haut et devenir plusieurs fois centenaire. Sa tige principale clairement visible, comme le montre l'une des photos ci-dessus, est pourvue de nombreuses tiges secondaires, en forme de rameaux et aux pousses très longues et fines, qui ne s'entortillent pas mais adhèrent à leur support grâce à de nombreuses racines.

Ses feuilles, pétiolées, alternées, simples, et quelque peu coriaces, situées sur les rameaux non florifères comportent trois à cinq lobes. Elles sont le plus souvent triangulaires, cordiformes ou sagittées, alors que sur les rameaux florifères, les feuilles sont ovales à marge lisse. Cependant toutes deux mesurent jusqu'à 10 cm de long et autant de large, et ont un long pédoncule. Le dessus des feuilles peut être d'un vert foncé lustré ou vert moyen avec des dessins plus clairs, alors que dessous le vert est clair, légèrement rougeâtre en saison froide.

D'ailleurs parmi ces rameaux, il peut vous arriver comme moi, en vous promenant un bel après-midi enneigé en forêt du Neuhof dans le Bas-Rhin, d'y voir un écureuil en sortir et grimper plus haut pour vous observer du coin de l'oeil. Car si je l'ai quelque peu effrayé, il fut néanmoins très curieux et ai eu alors la joie de pouvoir jouer avec lui à cache-cache quelques temps. Mais bon, fermons la parenthèse.

Ses fleurs, regroupées en ombelles sphériques à l'intense parfum douceâtre, ne nous dévoilent malheureusement leur belle couleur jaune que de septembre à octobre. Elles produisent aussi du nectar à la fin de l'été et en automne.

Quant aux fruits à noyau sphérique, de la taille d'un pois, brunâtres au début, puis noirs, portés en ombelles eux aussi, arrivent à maturité au printemps de l'année suivante. Ces baies toujours surmontées par le style sont toxiques.

Préfère les sols meubles, riches en nutriments, alcalins ou acides. Supporte l'ombre. Pousse en plaine dans les forêts ombragées de feuillus ou en bordure de cours d'eau, les fourrés, les coteaux ensoleillés, les ruines ou autres murs ou bâtiments.
Mais ATTENTION : il est toxique.

Malgré cela, les insectes se délectent du nectar de ses fleurs automnales, et ses baies sont un délice pour les passereaux ou autres petits oiseaux qui y construisent leurs nids, entre les rameaux. Ses puissantes racines, capables de supporter un grimpeur tel que moi, très agile, peuvent malheureusement aussi démanteler les murs auxquels elles s'accrochent grâce à des sortes de crampons formés du côté ombragé des pousses.

15/01/03 -

 

 





 

C'est l'heure du dîner (pour les oiseaux!)

 





 

Hedera helix

 

 









 
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -