Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<< précédenteHOMEsuivante  >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
- structure
- détermination
- lames
- spores
- clés

Google + Facebook
You Tube Twitter

 

2) Détermination des champignons :

 

- Pour déterminer les champignons : l'observation ;

Nommer un champignon sans se tromper totalement est chose facile et, tant que l'on reste dans les bavardages, cela ne prête à aucune conséquence sinon de se faire reprendre, juste gênant pour l'ego.
Qu'il s'agisse de le croquer, l'incertitude, le "peut-être", l'à-peu-près, ne sont plus possible, on entre dans le domaine du sûr à 200%, interdit de dire ou de croire n'importe quoi ou n'importe qui, le plus sage est d'étudier longtemps et surtout, de se faire guider par  une personne digne de confiance.

Ce préambule pour vous signifier que si vous parcourez cette page, c'est que vous êtes à la recherche d'un nom qui irait bien avec la chose que vous tournez et retournez depuis quelques minutes (ou plus) sans aucune certitude => il est donc totalement exclu qu'à la fin de cette ou de ces pages, vous vous mettiez en tête de croquer les spécimens qui trônent devant vous.
Attention, les champignons ne sont pas tous sympas, bon nombre sont indigestes, certains toxiques, certains encore très toxiques et quelques-uns mortels.

 

Non, ces pages de "détermination des champignons" n'ont pour seul but de vous donner un fil conducteur qui pourra vous amener vers une logique, une technique d'approche du champignon, suite d'observations rigoureuses, de critères distinctifs qui mèneront, petit à petit, à une détermination la plus rigoureuse possible de vos découvertes.

- Pour démarrer :

De loin, vous venez d'apercevoir un champignon. Les premiers critères qui attirent le regard :



- la taille du spécimen : grand, petit, moyen .. ;
- la forme générale du champignon : classique avec pied et chapeau, ou autre, trapu ou allongé ou étalé, avec un gros pied .., ;
- la couleur moyenne, unie, mélange,

 

Et voilà, déjà 3 premiers critères pour démarrer cette détermination de champignon, critères que l'on pourrait noter : caractères généraux, (caractères qu'il faudra approfondir et augmenter de nombreuses autres observations une fois le champignon sorti de son contexte.)

Puis, s'approchant de la découverte, il va falloir le cueillir, non !!! STOP!!! Avant cela, toujours faire un état des lieux :



- est- il seul, combien de congénères ? S'il y en a, sont- ils tous à même maturité ? ;
- sur quel substrat pousse-t-il : terre, bois, déjection, autre champignon ? ;
- quel environnement immédiat : mousses, herbe , feuilles, sciure, écorces ? ;
- pousse-t-il dans un parc, une prairie, en forêt, en lisière, en clairière ? ;
- si en forêt ou parc, bien noter l'essence des arbres alentours, feuillus, conifères, mélanges ;
- pensez aussi à noter l'exposition, l'orientation, certains champignons ne viennent bien qu'au soleil, d'autres le fuient ;
- bien évidemment noter la saison, le mois, évaluer les dernières précipitations ou périodes de sécheresse ..

La liste des caractères s'allonge, on peut parler là de caractères écologiques.

Maintenant que l'environnement du champignon est parfaitement noté, il ne reste plus qu'à prélever la découverte. Un bon couteau fera NON !!! STOP!!!, encore une fois, tout faux. Oui, c'est vrai, elles ont la peau dure toutes ces légendes. Non, ne surtout pas couper un champignon surtout s'il est destiné au labo. Par principe, on étudie pas un champignon amputé de sa moitié, et pour nombre de champignons destinés à la casserole, déterrer le pied, vérifier s'il y a une volve ou non, donnera des indications bien plus fiables qu'un coup de canif à la base du pied.
Non seulement, en le coupant, vous vous privez d'indications précieuses quant à la forme de la base du stipe, mais en plus, vous serez peut-être passé à côté de sa réelle écologie :



- peut-être est- il en relation avec un bois enterré, une pomme de pin, de sapin, un sclérote ?...
- peut-être une ou des "racines" s'enfoncent-elles profondément dans le substrat ?...

Encore 2/3 détails de récoltés, mais d'importance, pour étoffer ces caractères écologiques.
Voilà donc notre champignon ENTIER, base du pied bien présente, je conseillerais à ce stade, si vous souhaitez en savoir un peu plus sur ce spécimen, d'en prélever au moins un ou deux de plus, à plusieurs stades de développement, pour d'éventuels autres tests en labo. Cherchez un tronc ou toute autre assise pour commencer à noter et approfondir les premières observations.
C'est à ce moment, quand le champignon est encore très frais qu'il faut le sentir. Un amateur déterminateur sans nez peut passer à d'autres activités comme le vélo, le tricot, le repassage, si vous avez d'autres suggestions, je suis preneur, bref : l'amateur de champignon doit avoir du nez.
On aborde maintenant les caractères organoleptiques, terme barbare pour désigner : odeur, saveur et consistance de toutes les parties observées.
Profitez aussi, alors que le champignon est très frais, de noter toutes modifications de l'aspect du champignon à la manipulation, à la cassure, à la coupe :



- modification de la couleur de la cuticule, des lames, du pied...à la rayure de l'ongle, à la cassure ou à la coupe ;
- la cassure est-elle franche ou au contraire filandreuse ? ;
- y a-t-il émission de liquide, translucide ou blanc ou rouge ou ... ? ;
- ce lait ou liquide change-t-il de couleur au bout de quelques instants ou bien plus tardivement...? ;
- une goutte de ce liquide sur la langue, 1ère impression, puis quelques secondes plus tard, y a-t-il modification du goût, de la puissance de ce goût ? ;


On vient de parler : saveur ; Non, ce n'est pas le goût du champignon dans la casserole, mais bel et bien du champignon fraîchement cueilli qui, en plus de son odeur, doit vous dévoiler sa saveur.
Qui dit saveur dit : goûter une toute petite partie du champignon. Ne goûtez que si votre bouche est en état de le faire, pas de plaies.. et recrachez tout, suivi d'un rinçage, c'est plus prudent. En principe, goûter un petit bout de champignon en ayant soin de le recracher ne prêtera pas à conséquence, évitez tout de même les réputés méchants, et de plus, jamais devant les enfants, qui, imitant les adultes, oublieraient de recracher ... surtout pas.

Tous ces caractères notés, rangez vos trouvailles à part dans de petits sacs en papier en évitant les mélanges aussi bien de ce qui doit être étudié de ce qui va être croqué.
A ce stade, de retour au domicile (pour éviter encore le terme labo, un peu pompeux) les investigations continuent par le prélèvement de la sporée pour en noter la couleur et attaquer ( pour les plus amoureux) les caractères microscopiques.

On peut encore poursuivre l'étude de nos spécimens pour encore plus les cerner par des tests chimiques de réactions, réactions observées par le dépôt d'une goutte d'un produit chimique sur telle ou telle partie du champignon qui vire ou non, immédiatement ou à plus longue échéance, tests nommés : réactions macrochimiques.
....

 

 





 

 

 





 

 

 








Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -