Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<< précédenteHOMEsuivante  >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
 
Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.
 
Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.
 
Facebook
Google +
You Tube
Twitter

 Champignon :
 

Hygrophorus discoxanthus (Fr.) Rea 1908

 

Hygrophore à disque jaune

Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.      Hygrophorus discoxanthus

Règne : Fungi
Division : Basidiomycota
S/Division :
Agaricomycotina
Classe :
Agaricomycètes
S/Classe : Agaricomycetideae
Ordre : Agaricales
Famille : Hygrophoraceae
Genre : Hygrophorus
Ss/Section : Eburnei
Photo © ChampYvesRéf : C.D.2011

 

Chapeau :

 

=> 6 (8) cm, convexe, mamelonné puis s'étalant ;
revêtement blanc pur puis envahi de ocre-jaune-roussâtre à partir du disque, fortement visqueux ;
marge blanc-pur dans la jeunesse puis roussâtre en vieillissant ou à la manipulation ;

Lames :

 

arquées, blanches puis jaunâtres ;
arêtes blanches puis roussissantes par places avec l'âge et à la manipulation ;

Pied :

 

=> 8 x 1 cm , visqueux, souvent pointu-radicant, blanc puis roussissant ;

Chair :

 

peu épaisse sauf au disque, blanche ;
saveur douce, odeur faible, agréable fruitée ou rappelant H. eburneus mais en bien plus faible ;

Spores :

 

sporée blanche, non amyloïde ;
spores elliptiques, lisses, hyalines, 8 x 4,5 µm ;

Comestibilité :

 

comestible, très médiocre.

 

 

Dans sa jeunesse, Hygrophorus discoxanthus est d'une coloration uniforme blanc-pur et alors, il est bien difficile, impossible, de le départager d'Hygrophorus eburneus ! Fort heureusement, il est rarement seul et, comme très généralement accompagné de sujets plus âgés, ceux-ci permettront une identification plus certaine.
Hygrophorus discoxanthus s'en diffère, comme son nom l'indique, par un disque jaunâtre à ocre très vite dès son jeune âge et, à maturité ou à la manipulation, la marge ainsi que l'arête et les lames prennent une teinte brun-rouille. Son odeur est identique, peut-être en un peu plus faible tout de même. La chair vire au rouille sous l'action de la potasse (KOH). Voir comparatif des 3 Hygrophores Ss-Sect. Eburnei.


Un champignon commun, du mois de septembre au mois de novembre, sous taillis, sous couvert de feuillus en mélanges, très généralement sous hêtres (certains auteurs le précisent exclusif du hêtre), et sur sol de préférence calcaire.
Quant à ses valeurs de table, en raison de sa forte viscosité, elle est la même que pour H. eburneus et H. cossus, sans intérêt.

Quant à l'odeur d'Hygrophorus discoxanthus, j'ai pu parfaitement la constater sur un sujet de taille exceptionnelle. Au niveau du pied, il arborait un bon 13 cm de haut pour pratiquement 2 cm de diamètre, étranglé dans la longueur, comme par l'union de deux pieds sous un même chapeau.
Quant au chapeau, sa taille, moins impressionnante, dépassait tout de même les 7 cm. Champignon moyennement âgé, à peine modifié dans sa couleur, il présentait un chapeau légèrement en entonnoir, d'où une forte concentration épaisse de viscosité au fond de ce réceptacle. Et c'est précisément à cet endroit que l'on pouvait sentir très nettement la mandarine, odeur très agréable en complète opposition de celle présente sur le même sujet au niveau du stipe et des lames : odeur faisant généralement référence à la chenille de Cossus cossus, papillon de nuit de grande taille, 65 à 88 mm. d'envergure dont la grosse chenille rougeâtre, qui peut atteindre 100 mm, émet une forte odeur musquée.
Cette odeur typique sur les Hygrophores blancs est très tenace et, après manipulation de quelques sujets, les doigts en sont fortement imprégnés et seuls deux trois bons savonnages successifs en viendront à bout. Inutile d'ailleurs, après une telle manipulation, de tenter de déterminer par l'odeur un quelconque autre champignon, tant vos doigts et narines en sont marqués.

 

  • - Synonymes latins :
  • - Autres noms vernaculaires :
  • - Autres langues

Agaricus discoxanthus Fr.1815

Hygrophorus chrysaspis Métrod 1938

Hygrophore à centre jaune
Hygrophore à disque ocré

(DE) : allemand : Verfärbender Schneckling
(UK) : anglais : Yellowing Woodwax
(DK) : danois : Ildelugtende sneglehat
(NL) : néerlandais : Verkleurende slijmkop
(SE) : suedois : Mörknande vaxskivling
(SK) : slovaque : Šťavnačka bledá
(CZ) : tchèque : Šťavnatka nažloutlá

07/09/2007 -
26/12/2012 -

 

 





 

Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.

 





 

Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.

 





 

Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune

 

 Hygrophorus discoxanthus, Hygrophore à disque jaune.


 
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.
| ChampYves : les champignons | ChampYves : côté nature |

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -