Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Signez le livre d'or
 
<< précédente
Les Champignons :  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
 
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
 

 

 

 

 

 

 

 

 

écologie

Les champis, contrairement aux végétaux sont dépourvus de chloroplastes (cellule contenant la chlorophylle) et donc totalement incapables de fabriquer les substances carbonées nécessaires à la croissance de leurs cellules. Rappelons que la chlorophylle est le pigment permettant la capture de l' énergie solaire essentielle à la photosynthèse : fixation du dioxide de carbone sous forme de sucre, pouvant être métabolisé en d'autres substances. Ils sont donc tributaires soit de matières organiques mortes soit d' organismes vivants. On dit qu'ils sont hétérotrophes.

  • Hétérotrophe :Se dit d’un être vivant qui doit absorber une substance sous forme organique pour pouvoir l’utiliser à la synthèse de sa propre substance. Tous les animaux sont hétérotrophes pour le carbone et l’azote, tandis que les plantes vertes, dites autotrophes, ne le sont ni pour l’un ni pour l’autre.

Comme tous les autres végétaux, ils se nourrissent par osmose à travers leur parois cellulaires.

  • Osmose : Diffusion spontanée d’un composé chimique (souvent de l’eau) à travers une membrane semi-perméable. Ce phénomène se produit lorsque le composé se trouve présent à des concentrations différentes d’un côté et de l’autre de la membrane; la diffusion se fait de manière que les concentrations tendent à s’égaliser ...

D'où l'importance de l'eau dans la vie des champis, la plupart ne se développant que dans des conditions d' humidité relativement importante. Partout où cette condition est favorable, les champis s' installent. Ils colonisent tous les milieux : prairies, forêts, terres cultivées, fumiers, maisons, charpentes, cadavres , déjections ; enfin tous les milieux humides.

Ce type de nutrition hétérotrophe a entraîné chez les champis des adaptations très diverses et particulières. Ceux qui se nourrissent de matières végétales ou animales mortes sont des saprophytes.Les autres se nourrissant aux cotés d'organismes vivants entretiennent soit une relation de partages avec échanges réciproques de substances ; ce sont des symbiotes, soit ils vivent complètement au dépend de leurs hôtes : ce sont des parasites.

Les saprophytes

Bon nombre de champis sont saprophytes, et contribuent au maintient de l'équilibre biologique du milieu en dégradant la totalité des déchets organiques. Grâce à un arsenal d' enzymes puissants, ces champis aux côtés des bactéries, dégradent les molécules complexes, libérant ainsi les éléments nutritifs mis à la disposition d'autres organismes vivants.
Tous les champignons cultivés actuellement de manière quasi industrielle sont des saprophytes, que ce soit sur paille et fumier comme le champignon de couche, ou sur souches comme les pleurotes et lentins.
Mais certains, souvent les mêmes sont dit nuisibles car ils s' attaquent aux charpentes des maisons et pour une moindre part actuellement aux navires, la mérule aurait ainsi détruit la flotte britannique au XVIII et XIXe siècle.
Le cuir, le papier, le textile, les aliments, tous ses produits de consommation courante de l' homme sont un jour ou l' autre la proie des saprophytes.

 

Les parasites

Le parasite, comme son nom le laisse transparaître, vit aux crochets de son hôte sans échanges réciproques, seul le parasite en profite. Sans parler de la multitude des maladies cryptogamiques due à des champis microscopiques, nombre de champis, parfois de tailles impressionnantes, s' attaquent aux arbres vivants, causant des dégâts considérables à la silviculure. En général, les parasites sont très spécifiques; il se fixent sur un hôte bien spécifique comme par exemple le polypore du bouleau. En se nourrissant au dépend de son hôte, le parasite peut provoquer des maladies plus ou moins graves, très souvent mortelles.

 

Les symbiotes

Relation beaucoup plus sympathique, elle permet aux partenaires de profiter chacun de ce que lui apporte l' autre. Les mycorhiziques en sont un exemple parfait. Le mycélium qui vit en terre, enveloppe les radicelles de l'arbre dont il se nourrit des déjections et en retour fournit à l' arbre des composés azotés dont il a besoin.
Il existe deux types de mycorhizes:

  • les ectomycorhizes: le mycélium du champi forme une gaine autour des racines

  • les endomycorhizes: le mycélium pénètre à l'intérieur des cellules de la plante ; très peu d'arbres sont concernés : l' if, l' acacia, mais principalement les bruyères, les orchidées, les herbes.

Suite : généralités sur les champignons =>

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
       
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -