Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<<   précédente HOME suivante   >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
   
Facebook Google +
You Tube Twitter
  Champignons,
 

généralités sur les champignons.

 

=> Un peu d'histoire :

Le règne végétal comprend quatre principaux embranchements :

les Phanérogames : racines, tiges, feuilles, fleurs ; ex : le haricot, la rose ;
les Cryptogames : racines, tiges, feuilles mais sans fleurs ; ex : les fougères ;
les Muscinées : tiges, feuilles mais pas de vrais racines ; ex : les mousses ;
les Thallophytes : qui sont les plus simples de tous les végétaux et qui n'ont ni racines ni tiges ni feuilles. Ils ne présentent aucun organe qui puisse être comparé aux diverses parties d'une plante à fleurs ; de plus leurs formes sont très variables : on les désigne ordinairement sous le nom de thalles. Ces plantes comprennent deux divisions :
- les algues qui contiennent de la chlorophylle ;
-
les champignons qui sont dépourvus de chlorophylle.

 

Voilà, pour présenter ce qui était généralement admis pendant de très nombreuses années, à savoir la classification des champis aux côtés des algues : les thallophytes ; la tendance actuelle étant de les classer dans un règne à part : le règne des FUNGI.
La classification de ce grand groupe, fort de quelques 100 000 espèces, prête encore à quelques divergences, si bien que d'un ouvrage à un autre, on peut trouver un schéma assez différent.
Pour couper court à toutes discussions par trop scientifiques, on peut réaliser un premier classement des champignons en fonction de leurs tailles :

- les champignons microscopiques : les micromycètes ;
- les macroscopiques ou champignons supérieurs : les macromycètes.

Et c'est bien évidemment à cette dernière catégorie que nous allons nous intéresser.
Les macromycètes, environs 15 000 espèces, sont pour l'essentiel divisés par leur mode de reproduction en deux grandes classes :

- les Ascomycètes
- les Basidiomycètes (en grande majorité)

Les Ascomycètes sont considérés comme les champignons les plus primitifs quant à la diversité de leurs formes, et ne présentent souvent que des carpophores en forme de coupe telles les peizes, ou les morilles qui ne sont finalement que des coupes réunies entres elles sur un pied commun.
La production des spores s'effectue à l'intérieur d'une cellule fertile, allongée nommée asque qui contient (généralement) huit spores : les ascospores.
L'hyménium des Ascomycètes se compose des ces éléments fertiles séparés parfois d'éléments stériles appelés paraphyses.
A maturité, l'asque éclate libérant les spores.

Les Basidiomycètes, quant à eux, présentent une foule de formes et de couleurs.
Chez les Basidiomycètes, quatre spores en général : les basidiospores sont portées à l'extrémité d'un organe composé d'un ensemble de cellules : la baside. Les éléments stériles entre les basides sont nommés cystides. L'ensemble des basides et cystides forment l'hyménium.

 

Les champignons constituent un règne d'une extrême variété, des espèces microscopiques aux organismes de plusieurs kilos. Ils ont colonisé tous les milieux, terrestres ou aquatiques, et jouent un rôle primordial dans l'écologie de la planète en recyclant la matière organique morte. La  "domestication" des champignons par l'homme lui a permis de faire évoluer tous les produits sur le thème des levures comme le pain, les bières, le vin et sans oublier bien sûr les énormes progrès de la médecine grâce aux découvertes en 1929 par Alexander Fléming du pouvoir antibiotique des pénicillines et de l'importance de celles-ci dans la maturation de la plupart de nos fromages, bleus, camemberts (ex : penicillium roqueforti qui sert à la préparation du fromage de roquefort).
Même, si comme nous venons de le voir, les champis sont forts utiles à l'homme en tant que source d' alimentation et de médicaments, nombre d'entres eux sont néfastes.
Les <gros> champignons sont responsables chaque année de nombreuses intoxications ; environ une centaine d'espèces est toxique dont parmi elle une dizaine réellement dangereuse.
Les microscopiques, quant à eux sont à l'origine de nombreuses maladies chez l'homme telles la teigne des cheveux ou des poils, le pied d'athlète (entre les orteils), muguet buccal et vaginal, d' allergies dues aux spores disséminées par le vent, ou de maladies pulmonaires provoquées par la respiration des spores de moisissures, proliférant par exemple dans les gaines de circuit de ventilation ou de refroidissement.
Ils furent à l'origine de plusieurs disettes, mais c'est le mildiou de la pomme de terre qui fut responsable de la dernière famine en Europe occidentale.
Toutes ces attaques sur l'homme, les animaux ou les végétaux sont en fait le résultat d'un des modes de vie des champis : le parasitisme.

 

 

 





 

 

 





 

 

 









 
Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -