Cookies infos Nouveautés, mises à jour
Plan du site
Liens
Glossaire champignons
 
<< précédenteHOMEsuivante  >>
| Bibliographie | Moteurs et partenaires | Présentation | Me contacter |
Compteur  
- attention DANGER
- les lames libres
- les lames adnées
- les russules/lactaires
- les boules
- les pores
- les plis & aiguillons
- sur les arbres
- les autres formes
- noms latins
- noms français
- la systématique
- par mois
- par saisons
- détermination
- recettes / conservation
- dans tous ses états
- contacts clubs ....
- les arbres
- les fleurs
- les insectes ..et autres
   
Facebook Google +
Twitter You Tube
 
Diaphania perspectalis : Pupe de dans son cocon.
Pyrale du buis : pupe.
Diaphania perspectalis, pupe côté dorsal.
Pyrale du Buis adulte.
Cydalima perspectalis, la pyrale du buis.

  Lepidoptera
 

Diaphania perspectalis
Walker 1859

 

Pyrale du buis


Synonymes :

Glyphodes perspectalis
       Cydalima perspectalis

  • Ordre : Lepidoptera
  • Famille : Crambidae
 

Pathologie, ravageurs du buis :

Le buis : Buxus sempervirens est un arbuste reconnu pour sa longévité et ses excellentes aptitudes à la taille, arbuste robuste sans gros ravageurs reconnus ! Pas de gros ravageurs pour le buis ? Oui ! Enfin jusqu'à présent.
Malheureusement, depuis sans doute le début des années 2005, une chenille venue d'Asie (Chine, Japon, Corée) croque sans relâche les feuilles du buis et si l'on en croit les rares articles sur le sujet, se rencontre aussi sur quelques autres arbustes comme les Houx et les Fusains.
Elle a été observée pour la première fois dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne à Weil am Rhein et ses environs en mai 2007, ce qui laisse penser, vu les dégâts déjà constatés, que son implantation en Europe remonterait déjà à quelques années. Elle a été signalée en masse en Alsace dès août 2008.
En Septembre 2008, trois papillons adultes ont été trouvés dans deux endroits distincts dans le sud de l'Angleterre, et en 2009 des dommages dûs à la Pyrale du buis (Diaphania perspectalis) ont été observés dans le Surrey (The Food and Environment Research Agency : FERA).

 

Description de la pyrale du buis :

A l'éclosion, les larves ont une couleur générale jaune verdâtre et une tête noire. Au fur et à mesure de son développement la larve garde une tête noire brillante ; le corps vire au vert plus sombre et se raye de noir et de très fines bandes claires. Tout le long du corps est ponctué de verrues noires fixant un long poil blanc. Juste sous la tête, 3 paires de pattes thoraciques jaunes et pointues, sous l'abdomen, 5 paires de pattes en ventouses.
La chenille au dernier stade mesure environ 40 mm. Elle se nymphose en une chrysalide de 15 à 20 mm. de long, tête vers le bas, dans un cocon tissé de fils lâches réunissant deux feuilles proches. Les jeunes pupes sont vertes en face ventrale, rayées de bandes sombres en face dorsale ; avant l'émergence, elles prennent une teinte brune.

A la mauvaise saison, Diaphania perspectalis hiberne en tant que larve. Elle s'enferme dans un cocon lâche de fils de soie entre 2 feuilles de buis. Le printemps venu, elle poursuit son développement normalement jusqu'à l'émergence du papillon.
A une température moyenne de 15°, le temps compris entre l'incubation et l'adulte est de 40 jours, délai plus rapide si la température est plus élevée.
Pas encore de données très sûres sur la biologie de la pyrale du buis, son arrivée en europe étant trop récente, mais dans le Sud de l'Allemagne, on compte 2 ou 3 générations sur une année à une température moyenne de 20°.

Et la progression de la bête ne semble pas en rester là, transhumance certainement plus à attribuer aux échanges économiques qu'à la puissance des ailes le la pyrale : << .. Depuis lors, Diaphania perspectalis a été trouvé dans d'autres contrées, plus au nord, les emplacements en Allemagne, en grande partie autour du Rhin. En 2008, Diaphania perspectalis des infestations larvaires ont également été signalées aux Pays-Bas, Suisse et une petite zone en France. En Septembre 2008, trois papillons adultes ont été trouvés dans deux endroits distincts dans le sud de l'Angleterre et en 2009 des dommages sur le buis ont été observés dans le Surrey. >>

 

Dégâts de la pyrale du buis et lutte biologique :

Sans doute et peut-être la première année, les dégâts n'ont-ils pas été trop importants. En tout cas, l'année dernière, je n'avais rien remarqué. Pourtant, en fouillant un peu sur la toile, des foyers étaient déjà bien présents aux alentours.
Mais cette année, impossible de ne pas s'en apercevoir. Une grande partie des feuilles, surtout à la base des buis, commence à brunir, même de loin, impossible de ne rien voir. Les feuilles ont jauni et l'arbre semble dépérir.
A y regarder de plus près, les feuilles sont le plus souvent rongées sur le dessus sans traverser, ce qui dessine sur celles-ci des motifs visibles par transparence. Les feuilles sont toutes souillées de petites crottes et reliées entre elles de fils de soie. Il suffit de fouiller un peu entre les rameaux dégradés pour très vite trouver la coupable. Comme le buis est un arbuste à feuilles persistantes, l'aspect visuel de la plante va en pâtir un bon bout de temps, et si l'on intervient pas très vite, à ce rythme, sans doute les arbustes n'y résisteront pas très longtemps.
Il faut donc intervenir dès les premiers symptômes ; On peut trouver dans le commerce des produits utilisables en agriculture biologique : un insecticide naturel à base de Bacillus thuringiensis (un micro-organisme vivant qui agit par ingestion) à pulvériser sur les arbres atteints dès le mois de mars et jusqu'à la fin septembre.


 

Chronologie de la naissance de la pyrale du buis :

Difficile de résister à l'envie d'en savoir un peu plus, d'autant que dans ce cas, le matériel vivant semble (malheureusement) inépuisable, de plus la lutte aux vues des dégâts s'impose, donc aucune arrière pensée quant aux prélèvements et issus des insectes utilisés !

Quelques belles grosses chenilles prélevées dans les buis avant traitement, mises en boîte, sans oublier quelques branches de buis en guise de nourriture et le test commence ;

Photo 7 et 8, 10/09/2011 : je profite de ses quelques photos pour choisir et prélever deux belles grosses chenilles, les plus grosses possibles qui, sans aucun doute, semblent prêtes à se nymphoser ;

Photos 1, 2 et 3, 18/09/2011 : les chenilles, à deux jours près, ont fait leur cocon très lâche entre les feuilles et brindilles de buis à leur disposition ; photo 2 et 3, la même pupe vue des 2 côtés ;

Photo 9, 29/09/11 : une petite dizaine de jours plus tard, nos 2 pupes ont évolué ; celle du bas semblant déjà bien avancée, elle a gardé toute son avance sur la première ;

Photo 10, 30/09/11 : le matin, trop tard, le papillon de la chrysalide la plus en avance s'est envolé, l'autre est toujours là et commence à prendre des couleurs : photo 11, 30/09/11 : 11h45 ;

Photo 12, 01/10/2011, 08 h du matin : une nuit à attendre l'éclosion, finalement, rien. La chrysalide totalement détendue, le reporter un peu moins ! Pourtant, cela ne devrait pas tarder !

Photo 13, 08h46 : attention, c'est parti, sans réellement l'annoncer, la robe de notre chrysalide s'est déchirée, le papillon apparaît ;

Photo 14, 08h47 : cela va très vite, quelques contorsions à peine visibles, l'insecte glisse de son enveloppe ;

Photo 15, 08h48 : les antennes sont déjà presque sorties...

Photo 16, 08h48... : tout a été très vite, le papillon s'est extrait de son exuvie, je me suis fait avoir, la photo intermédiaire est ratée ... quel ... ;

Photo 17, 08h49 : la pyrale du buis s'est bien calée sur son support..

Photo 18, 08h50 : et fait monter la pression du sang dans les ailes...

Photo 19, 08h51 : pour les ouvrir et les étirer...

Photo 20, 08h52 : la pyrale du buis est parfaite...

Photo 21, 09h12 : encore quelques minutes de séchage...

Photo 22, 09h30 : et la pyrale, après deux trois battements d'ailes s'envolera ;

Photo 23, 10h21 : et voilà notre pyrale qui pense déjà à aller contaminer d'autres buis, impossible pour moi d'ouvrir les fenêtres ...

Photo 24 : ne reste sur le rameau de buis que l'exuvie, les restes de la dernière peau décorée des gros yeux noirs de la chenille, le tout agrémenté de quelques fils de soie blancs et des dernières crottes de la chenille.

Inutile de préciser qu'aux vues des dégâts engendrés par cette pyrale du buis, les 2 papillons n'ont pas été relâchés ... Pour les plus courageux, la photo !

22/09/2011-
01/01/2012

 



Pyrale du buis, toute petite, elle mesure à peine une demi feuille de buis.





Pyrale du Buis: la chenille toute affairée à croquer ses feuilles préférées.





Cydalima perspectalis, chenille au dernier stade

Les deux chrysalides de pyrales côte à côte, on note bien la différence, celle du bas à 2 jours d’avance ;

L’observation de cette pyrale s’arrête, le papillon a profité de la nuit pour partir !

Pyrale du buis prête à émérger.



Pyrale du buis, toujours rien! Ouf, sans top départ, c’est parti, ne rien rater… L’exuvie se déchire lentement, la pyrale apparaît… Pyrale du buis, Diaphania perspectalis : émergence La pyrale est totalement sortie puis a basculé sur l’exuvie ;

 


Commence maintenant le long travail du développement des ailes … La pression envoyée dans les canaux augmente, les ailes se déploient … Voilà les ailes totalement déployées, il faut attendre maintenant qu’elles durcissent ; Pyrale du buis : Même la trompe est testée ! La pyrale du buis est au top, le départ est pour bientôt !

 


Voilà, plus de 2 heures et le papillon de la pyrale est prêt … Pyrale du buis prète à infester de nouveaux buis ! Il ne reste plus que l’exuvie et  juste au dessus la vieille peau de la chenille avec ses gros yeux noirs ;  quelques crottes libérées avant d’attaquer la dernière mue pour décorer le tout.

 

Diaphania perspectalis, la pyrale du buis.

Biblio et références :

http://www.fera.defra.gov.uk/plants/publications/documents/factsheets/boxTreeCaterpillar.pdf // A. & D. Eyre Korycinska L'Agence de la recherche alimentaire et Environnement (FERA). Octobre 2009 //
Diaphania perspectalis (Walker, 1859) (Lepidoptera,Crambidae), a été trouvé en Angleterre : fiche technique d'information sur l'identification et de contrôle du phytoravageur ;

http://archives.eppo.org/EPPOReporting/2007/Rsf-0711.pdf // 2007/215 Incursion de Diaphania perspectalis en Allemagne et addition à la Liste d'Alerte de l'OEPP ;
(OEPP : Organisation Européenne et méditerranéenne pour la Protection des Plantes) ;

http://www.klaus-rennwald.de/neubuerger/index.html // Ein Neubürger in Deutschland an Buchsbaum Der Buchsbaumzünsler Glyphodes perspectalis ;

Diaphania perspectalis - Google Maps // une map Google sur l'évolution de la présence de Diaphania perspectalis ;

http://ukmoths.org.uk/show.php?id=6279 // pour une (autre) photo du papillon de la Pyrale du buis ;


Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.

| Home Logo | ou | Présentation du site |
autre site : ChampYves Côté Nature

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -